L'atelier des souvenirs d'Anne Idoux-Thivet


Edition : Librinova

233 pages 

4ème de couverture : 

Alice végète depuis 3 ans dans le déprimant état de chômeuse surdiplômée, quand elle a l'idée d'animer des ateliers d'écriture dans des maisons de retraite. Suzanne, Germaine, Jeanne, Elisabeth, Georges, Lucien... : les anciens dont elle croise la route sont tous plus attachants les uns que les autres. Au fil des séances d'écriture, les retraités dévoilent des bribes de leur passé tout en complotant pour influer sur l'avenir d'Alice. Un roman sur la solitude et la nostalgie. Sur l'amitié, la tendresse et l'amour, aussi...


Mon ressenti : 
Tout d'abord, je remercie Livraddict et Librinova pour ce partenariat !

J'ai choisi ce roman en grande partie grâce à son résumé mais aussi parce que je me suis dit que j'allais un peu sortir de mes lectures habituelles. Et ça fait du bien !

Si je devais résumer ce roman en un seul mot, ce serait "tendresse". 
L'histoire nous est racontée de plusieurs points de vue : celui d'Alice, bien sûr, mais aussi celui de tous les pensionnaires des maisons de retraite qui participent aux ateliers d'écriture, plus quelques autres dont je tairais le nom volontairement 😉
Revenons-en à ces pensionnaires, mais quelle bande de joyeux lurons ! Leur façon de s'immiscer dans les affaires des autres m'a franchement fait rigoler. Ils sont tellement attachants ! Mon "crush" sera pour Lucien ! Quant à Alice, notre héroïne, j'ai moins accroché notamment parce qu'elle ne s'ouvre que trop peu. On la connait plus à travers le regard des autres, qu'à travers les chapitres de son point de vue.

L'écriture est un outil formidable pour toutes ces personnes qui ont bien des choses à raconter. On sent le plaisir pris par chacun à coucher des mots sur papier pour évoquer souvenirs, correspondre avec quelqu'un, ou écrire un poème...
Nous sommes donc plongés au cœur de souvenirs, d'anecdotes drôles, de regrets aussi... mais qui vont les entraîner dans une aventure rocambolesque.

Le style de l'auteur est fluide, les chapitres courts, mais je regrette le peu de différence de tons quand on change de point de vue. C'est vraiment un détail, ça ne gêne en rien la lecture.
En revanche, j'ai trouvé que l'auteur trouvait des solutions un peu trop facilement à certains "obstacles". Je ne peux pas développer ce point sans vous révéler l'intrigue mais le hasard fait bien les choses dans cette histoire.

Malgré tout, j'ai passé un excellent moment avec tout ce petit monde, j'ai éprouvé une grande tendresse pour les pensionnaires de St Mihiel et des Mirabelliers. D'ailleurs quelques chapitres supplémentaires n'auraient pas été pour me déplaire...

En bref :
Un roman tendre et doux comme un bonbon... ou comme une mirabelle !




Articles les plus consultés