Ne le dis à personne d'Harlan Coben

Edition : France Loisirs (il existe aussi chez Pocket)

412 pages 

4ème de couverture : 
Pédiatre, David Beck exerce dans une clinique pour le compte de Medicaid, structure sociale qui prend en charges les pauvres sans couverture sociale. Il aime son métier et l'exerce avec passion. Mais sa vie a été brisée lorsque son épouse Elizabeth, qu'il connaissait depuis l'enfance, fut assassinée par un tueur sadique qui marquait ses victimes au fer rouge.
Huit ans après ce drame, il reçoit un étrange e-mail codé dont la clé n'était connue que de lui-même et d'Elizabeth. Abasourdi, David essaie de se souvenir des détails qui entourèrent l'assassinat de sa femme, dont le propre père, officier de police, identifia formellement le corps. Impatient, il guette le prochain message qui lui donne rendez-vous le lendemain.
En cliquant sur le lien hypertexte, il découvre alors le site d'une caméra de surveillance de rue et dans la foule, il voit, stupéfait, passer Elizabeth qui le regarde en articulant "Pardon, je t'aime"...


Mon ressenti : 
Il faut savoir qu'Harlan Coben est un peu MA référence en matière de thriller/polar. Je sais que ça fonctionne à chaque fois. Je suis notamment fan de son personnage Myron Bolitar dont j'ai encore plusieurs aventures à lire.
Ma seule contrainte quand je lis du Coben c'est de m'assurer que j'ai du temps devant moi car, en général, j'ai du mal à poser mon livre. Il faut que je saches la suite, en permanence. Celui-ci n'a pas dérogé à la règle, je l'ai terminé à 2h du matin.

J'ai donc commencé ce livre sereinement, étant certaine que j'allais passer un bon moment.
Et ce fut le cas sans aucun doute.

L'histoire de David m'a profondément touchée. C'est un homme simple, altruiste, qui se retrouve pris dans un engrenage infernal, le tout par amour pour sa femme dont il ne s'est jamais remis de la mort.
Parallèlement à son histoire, on suit également l'histoire de ceux qui sont de l'autre côté de l'engrenage, les "méchants" quoi. 
Et je peux vous dire que ça assombrit l'intrigue. Parce que ce ne sont pas des tendres, les loustics !
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, connaître l'identité du "coupable" n'enlève rien à l'intrigue. Bien au contraire ! Car si on sait qui, on ne sait pas pourquoi. 
Ça donne encore plus de rebondissements, d’addictivité surtout ! 

Les personnages secondaires sont également très bien travaillés, chaque relation a son importance, en lien avec l'intrigue. Tout est parfaitement orchestré.

Et pourtant j'avoue que certains points sont assez prévisibles. J'ai découvert certains points assez vite et j'ai été déçue de voir que je ne m'étais pas trompée. Mais la révélation finale reste inattendue et mon avis reste positif sur ce roman.

Dernier détail, l'histoire se déroule majoritairement à Manhattan et j'ai adoré me "promener" avec David dans ces lieux qui me rappellent que de bons souvenirs.

Et l'adaptation ciné ?
Quelques jours après ma lecture le hasard a voulu que le film de Guillaume Canet soit diffusé sur M6.
C'est un film que je voulais voir après avoir lu le livre et j'ai bien fait.
Si l'adaptation est très bien faite, transposée en France certes, mais les changements effectués sont bien trouvés, j'ai trouvé malgré tout que certains aspects importants de l'intrigue manquaient et que cela rendait le film peu cohérent par moment.
Il a fallu que j'explique 2-3 trucs à mon mari pour qu'il comprenne bien l'histoire.
Une bonne adaptation donc, avec des acteurs au top mais une intrigue rendue compliquée par manque de clarté.

En bref :
Du Harlan Coben comme je l'aime !


Articles les plus consultés