The Book of Ivy d'Amy Engel

Edition : Lumen

4ème de couverture : 
Voilà cinquante ans qu'une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d'une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des Etats-Unis d'Amérique s'est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd'hui, les fils et filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, lors d'une cérémonie censée assurer l'unité du peuple.
J'ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu'on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.



Mon ressenti : 
Ce roman a fait énormément parler de lui à sa sortie. Alors forcément, il a atterri dans ma bibliothèque. La sortie du tome 2 début novembre me l'a fait sortir de ma PAL.
Il s'agit donc d'une dystopie, un roman qui se déroule dans le futur mais dans un futur pas si lointain (2075 environ) où, suite à une guerre nucléaire, seuls dix milles américains ont survécus. Ils se sont réorganisés, ont remis en place une démocratie mais deux hommes voulaient le pouvoir : un Westfall (le grand-père d'Ivy) et un Lattimer (le grand-père de Bishop, qui a remporté l'élection). Afin de préserver la paix, des mariages arrangés sont organisés deux fois par an entre adolescents de 16 ans. Ivy doit donc épouser Bishop, le fils du président.
L'intrigue se met en place doucement, Amy Engel a pris de temps de développer la relation entre Ivy et Bishop, et, où certains ont trouvé des longueurs, j'ai trouvé que c'était très important pour la suite du roman. Essentiel même.
En revanche, une fois l'action lancée, elle ne s'arrête qu'à la dernière ligne et on en redemande. (j'ai bien fait d'attendre la sortie du tome 2 pour lire ce premier tome...)
C'est un livre qui se lit tout seul, rapidement, c'est ultra fluide. J'ai eu beaucoup de mal à le lâcher car la plume de l'auteure est très addictive également.
Un premier tome qui nous laisse avec des questions bien sûr, une dystopie qui demande à être plus approfondie, mais un final extraordinaire qui nous fait aller chez le libraire acheter la suite très vite.


Les personnages : 
Ivy, est donc une jeune femme de 16 ans qui ne maîtrise rien dans sa vie. On décide pour elle : qui elle doit épouser, comment elle doit le tuer... Et pourtant, Ivy a beaucoup de personnalité, elle essaie de se faire sa propre opinion sur le monde qui l'entoure en faisant abstraction de tout ce qu'on lui a appris depuis son enfance. Elle est courageuse, déterminée, impulsive aussi. Il est difficile de rester indifférent face à ce personnage. 
Bishop, quant à lui, a 18 ans. C'est un jeune homme extrêmement plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord. Le tome 2 nous réserve de belles surprises, je pense, pour ce personnage. Il est aussi courageux et déterminé qu'Ivy mais beaucoup plus réfléchi et posé. C'est aussi quelqu'un de gentil dans le bon sens du terme. Un personnage tout aussi attachant qu'Ivy.



En bref :
Un roman qui mérite son succès. Il me tarde de lire la suite.

Articles les plus consultés