Invisibilité de David Levithan et Andrea Cremer

Edition : Michel Lafon

430 pages

4ème de couverture : 

Stephen est invisible depuis toujours

Une malédiction impossible

Jusqu'au jour où Elizabeth le voit

Elle seule peut briser le sort

Au risque de les séparer à jamais



Mon ressenti : 
J'ai acheté ce roman un peu sur un coup de tête, parce que la 4ème de couverture me tentait bien. Mais je n'en attendais pas forcément grand chose. Heureusement...

Il s'agit d'un roman écrit à 4 mains avec une alternance de point de vue entre Stephen et Elizabeth. David Levithan a écrit le point de vue de Stephen et Andrea Cremer celui d'Elizabeth.
Sincèrement, le changement d'auteur à chaque chapitre ne m'a pas dérangée. En revanche, on relit parfois la même scène deux fois de suite sans que ça apporte grand chose à l'histoire.

Mais quelle est cette histoire ? Stephen est donc invisible depuis la naissance, ses vêtements le sont aussi. Mais ce n'est pas un fantôme, il est bien vivant, peut saigner, mourir aussi, et être entendu par tout le monde. Depuis la mort de sa mère, il vit seul, son père le soutient financièrement et il utilise Internet pour faire ses courses, commander à manger etc... Eh oui, l'histoire se déroule à New York, ça aide ! (la même histoire dans un village de la Creuse ou en restant aux Etats Unis, dans un coin paumé de l'Arizona et Stephen meurt de faim !) Bref !

Le roman se déroule en deux parties : la première est axée sur l'histoire d'amour entre Elizabeth et Stephen, la seconde sur pourquoi Elizabeth le voit, et une fois découvert ce pourquoi, comment faire pour lever la malédiction. 
En fleur bleue que je suis, la première partie m'a bien plu. Même si l'histoire d'amour va beaucoup trop vite à mon goût, les héros sont jeunes (16 ans) donc ça peut s'expliquer.
Je me suis plus ennuyée lors de la seconde partie. Comme je le disais plus haut, on revit certaines situations deux fois, l'histoire peine à avancer jusqu'au final. C'est trop long. Un final qui m'a toutefois convaincue mais qui manque de suspense.


En bref :
Une lecture mitigée.



Challenge de l'Imaginaire : lecture 2/36

Articles les plus consultés