La louve blanche de Theresa Révay

Edition : France Loisirs (publié aussi chez Pocket)

592 pages 

4ème de couverture : 

Chassée de Saint-Pétersbourg par la révolution bolchévique, Xénia, jeune russe blanche qui vient de voir mourir son père sous ses yeux, prend avec les siens le chemin de l'exil. Après un long périple à travers l'Europe, c'est à Paris qu'elle trouve refuge. Dans la ville lumière, sa beauté est remarquée et lui fait intégrer le monde de la mode où elle rencontre Max, séduisant photographe allemand. Une rencontre qui va bouleverser son destin... Leur passion, aussi incandescente que tourmentée, laisse deviner un amour qui transcende les différences. Mais alors que l'Histoire s'accélère, Xénia et Max doivent faire des choix douloureux...

Mon ressenti : 
Ce roman fait partie des "reliques" de ma PAL et en l’occurrence, il y est depuis 10 ans... Alors pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Aucune idée ! Mais une chose est sûre, c'était idiot d'attendre 😜

Theresa Révay nous plonge au cœur de l'Histoire à travers des personnages qui vont être amenés à se croiser.
Tout d'abord, on suit Xénia, jeune aristocrate russe confrontée à la montée bolchévique de 1917. Cette jeune femme a une force de caractère impressionnante. 
Max, quant à lui est un baron allemand, photographe au grand dam de ses parents. C'est un véritable artiste, un peu naïf par moment, rêveur et avec le cœur sur la main.
Sarah enfin, juive vivant à Berlin, à la tête d'une maison de couture réputée. C'est la meilleure amie de Max.
A travers ces personnages, et d'autres, les événements historiques nous sont racontés avec une précision tour à tour grisante, dans la folie des années 30, glaçante pendant la seconde guerre mondiale, vécue de part et d'autre du Rhin.

J'ai vécu beaucoup d'émotions durant ma lecture, l'enthousiasme, la joie, la passion, et puis aussi, la peur, la colère et bien sûr l'espoir.
Je me suis vraiment attachée à ces personnages, j'ai tremblé pour eux, j'ai espéré, espéré et espéré encore que la guerre ne les broient pas.

Mais parlons de la plume de Theresa Révay. Car toutes ces émotions, cet attachement, ne sont dû qu'à cette plume magnifique. Avec ses mots, elle m'a totalement transportée dans cette époque. Je voyais les plumes et les robes à franges, j'entendais le rythme des pas des soldats dans la rue, je sentais la peur s'insinuer dans mes pores... 
C'est parfaitement documenté, réaliste, vrai tout simplement.

Je voudrais également faire un aparté sur quelque chose que l'on apprend pas ou peu à l'école : les Allemands résistants. Si l'on sait qu'Hitler a déjoué plusieurs tentatives d'assassinat, on met moins l'accent sur ces civils qui ont lutté contre le pouvoir en place.
Ils ont existé, tous n'étaient pas subjugués par Hitler, certains ont œuvré pour protéger les juifs, pour contrer ces injustices quotidiennes, pour faire tomber le Führer. 

Vous l'aurez compris, j'ai adoré ma lecture. Un véritable coup de cœur ! 


En bref :
Ça tient en deux mots : lisez-le !




COUP DE COEUR



J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge Déstockage de PAL  : 



Articles les plus consultés